BONNE ANNÉE 2018 !

Photo Robert Ayache pour l'AR Hlm PACA & Corse

 

Face aux turbulences annoncées en ce début d'année, nous devons rester confiants et combatifs pour faire entendre notre voix dans la concertation qui s'ouvre à propos de la loi Elan. En ce sens, je nous souhaite une bonne année. Au mouvement Hlm en général, à vous tous, bailleurs sociaux de nos régions, à nos partenaires, élus et fonctionnaires des collectivités, aux institutions qui nous soutiennent et à toute l'équipe de l'Association régionale. A l'heure où Philippe Oliviero prend sa retraite, je forme des voeux spécifiques pour lui et je voudrais lui dire ici simplement combien j'ai apprécié notre collaboration pendant toutes ces années. Pascal Gallard reprend le flambeau avec toute ma confiance, secondé par Florent Léonardi. Le mouvement Hlm régional va accueillir en octobre à Marseille le Congrès de l'USH, un Congrès qui s'annonce historique. L'Association régionale y tiendra sa place avec vous, au travers de l'Agora des acteurs de l'habitat de Provence-Alpes-Côte d'Azur et Corse. Bonne année 2018.    

Bernard Oliver, président de l’AR Hlm PACA & Corse

 

LE RENDEZ-VOUS

LE PREFET DE POLICE AU SAINT GEORGES

Arrivé à Marseille le 3 juillet 2017, Olivier de Mazières, Préfet de Police des Bouches-du-Rhône, a été reçu au Saint-Georges le 13 décembre par l'Association régionale et de nombreux représentants des bailleurs. Ce fut l'occasion d'échanger sur le contexte dans les quartiers et les modalités des partenariats entre les forces de police et le mouvement Hlm.

 

Comme c'est désormais la tradition, dans le cadre du partenariat du mouvement Hlm et de la Préfecture de Police, l'AR Hlm PACA & Corse a reçu le nouveau Préfet de Police des Bouches-du-Rhône dans ses locaux du Saint-Georges. Olivier de Mazières a pris ses fonctions à Marseille le 3 juillet dernier après avoir dirigé l'Etat major opérationnel de prévention du terrorisme (Emopt) créé par Bernard Cazeneuve. Il a été auparavant chargé d'une mission de sécurité auprès des Préfets de Corse. Plusieurs sujets ont été abordés lors de cette réunion où de nombreux bailleurs étaient présents autour de Bernard Oliver, Pascal Gallard et Florent Léonardi. Olivier de Mazières a annoncé que le dispositif "d'approche globale", mis en place par son prédécesseur Jean-Paul Bonnetain et prolongé par Laurent Nunez, sera maintenu. A cet effet, deux unités de forces mobiles ont été demandées au ministère de l'Intérieur. La radicalisation religieuse toujours préoccupante implique la déclinaison de formations des salariés Hlm notamment pour améliorer l'échange d'information.

 

Les représentants des bailleurs réunis au Saint Georges autour du Préfet de Police récemment nommé (photo Préfecture de Police des Bouches-du-Rhône)

Un partenariat étroit avec la police de sécurité du quotidien

Pour ce qui concerne la médiation sociale urbaine (MSU) en cours de redéploiement sur Marseille, c'est Madame la Préfète Déléguée pour l'Egalité des chances, Marie-Emmanuelle Assidon, qui pilote ce dossier pour le compte de l'Etat. La mise en place de la nouvelle Police de sécurité du quotidien (PSQ) fera l'objet d'un partenariat spécifique avec les Hlm, précise Olivier de Mazières. Elle se concentrera sur les infractions de proximité et visera à renforcer le lien à la population. Un partenariat essentiel pour la vie des quartiers, avec une action particulière pour les problématiques de santé mentale sur lesquelles l'Association régionale est déjà mobilisée. (Contact Florent Léonardi)


LES BRÈVES

Atelier "Accession sociale" le 21 février

L'habitat participatif sera le thème de la rencontre.

Anne Labit, chercheuse en sociologie, introduira

les débats, et Imed Robbana, directeur de

la coopérative Hlm

Le Col présentera une opération de 46 loge- 

ments à Bayonne qui mixte des logements

en PSLA et en accession progressive à la propriété (SCI APP). Pierre Lévy, directeur de l'association Regain, évoquera l'accompagnement de groupes d'habitants en habitat participatif en Provence-Alpes-Côte 

d'Azur. La matinée se terminera par la présentation de la convention partenariale conclue entre l'Association régionale et Action Logement sur l'accession sociale. (Contact Anne Chemier)

 
   

ACTU RÉGIONALE

 

Médiation sociale urbaine à Marseille, Acte 3

Actuellement, le dispositif de médiation sociale urbaine (MSU) déployé à Marseille depuis 2015 couvre 27 QPV, soit près de 23 000 logements, en Hlm aussi bien qu'en co-propriétés en difficulté, des espaces et des équipements publics de proximité. La troisième tranche va bientôt s'engager avec 11 nouveaux sites et 5 bailleurs nouveaux concernés (4 sociaux, un privé) qui vont s'impliquer aux côtés des 8 organismes Hlm déjà mobilisés. Ce seront 24 000 logements supplémentaires concernés. Une évaluation en cours devrait confirmer les résultats déjà positifs des interventions des médiateurs sociaux sur le terrain. (Contact Florent Léonardi)

 

10 424 logements locatifs sociaux agréés en 2017 en PACA

Pourtant marquée par de fortes turbulences budgétaires sur le logement social, l'année 2017 s'est terminée pour la région par un niveau d'activité qui reste exceptionnel. Les 10 424 logements sociaux agréés recensés par la DREAL constituent à nouveau une performance historique, la deuxième valeur absolue depuis 1990. Comment expliquer un tel résultat, compte tenu de conditions de financement profondément dégradées. On peut penser que les organismes Hlm on voulu interrompre des opérations pour lesquelles des engagements étaient pris. Mais dans un contexte devenu structurellement plus difficile, cet engagement sera-t-il renouvelé en 2018 ? (Contact Pascal Gallard)

 

 

 

L'ENTRETIEN

JEAN VIARD : "LES BAILLEURS SOCIAUX DOIVENT CONSTRUIRE DES LOGEMENTS ADAPTABLES"

Sociologue, directeur de recherches au CNRS, Jean Viard estime que l'enjeu majeur des années à venir sera le logement des personnes âgées. Il prône également une écoute ouverte des aspirations des gens qui, selon lui, mettent de plus en plus l'art de vivre en priorité dans leurs vies.

 


(Photo Editions de l'Aube)

En tant que sociologue, vous êtes intervenu lors du séminaire annuel de l'Association régionale et de la Caisse des Dépôts. Comment les bailleurs sociaux peuvent-ils anticiper les évolutions de la société ? 

Je leur ai dit qu'il n'y a qu'une seule chose dont on peut être absolument sûr, c'est que "nous ne savons pas". Nous ne pouvons pas savoir comment va évoluer la société. Nous savons comment elle évolue aujourd'hui. Les gens veulent du plaisir, l'art de vivre est de plus en plus important. Les vies sont de plus en plus fractionnées. Mieux vaut 40 m2 avec vue sur la mer que 70 m2 avec vue sur le mur d'en face. Il faut rester souple, construire des choses qui peuvent évoluer dans le temps et écouter ce que disent les habitants.

On peut tout de même essayer d'anticiper des demandes ?

On peut effectivement être certain que la question des personnes âgées va se poser de façon cruciale. Tous les seniors ne pourront pas, et ne voudront pas, aller en maison de retraite. 48 % d'entre eux rêvent déjà de déménager vers leur région d'origine ou de vacances. La relation en distance mère-fille doit être pensée. Ce n'est pas rétrograde, c'est juste accepter que dans notre société, ce sont plutôt les filles qui s'occupent de leurs parents. On peut sans doute favoriser une évolution du rôle des fils. 

On parle de bouleversements dans les modes d'habiter. Vous en percevez quelques-uns ? 

Dans les couples bi-actifs, on ne pense plus sa maison par rapport au travail, mais par rapport à l'école. Et dans un monde où le travail ne pèse plus que 10 % de son temps de vie, la qualité de vie du village ou du quartier devient essentielle. Les évolutions ne font que commencer. Ce qui est sûr, c'est que les différents groupes sociaux n'ont pas accès de la même manière à ces bouleversements. A l'heure où tout devient discontinu, le travail, la famille, le logement, certains en sont encore à se battre pour une stabilité, même toute petite. 

Mais quand on construit un logement aujourd'hui, il n'est amorti qu'au bout de 30 ans...

Eh bien, les organismes Hlm vont devoir innover. En étant convaincus qu'ils ne savent pas, les bailleurs sociaux doivent construire des choses souples, adaptables, qui pourront évoluer facilement. Bouygues fait déjà ça, en concevant des logements qui pourront être utilisables de différentes façons. En Hollande, déjà aujourd'hui, on expérimente l'achat de mètres carrés virtuels. Vous achetez 100 m2 à 18 ans, vous n'en consommez que 20 en tant qu'étudiant et vous percevez le loyer des 80 autres. Et quand vous êtes vieux, vous n'avez plus besoin que de 40 m2 et vous louez les 60 qui restent. Vous n'êtes plus propriétaire d'un logement, mais d'un droit à vous loger.

 

Jean Viard est diplômé en économie (DESS) et docteur en sociologie

Il est directeur de recherche au Cevipof (centre de recherches politiques de Sciences Po Paris)

Fondateur des Editions de l'Aube à la Tour d'Aigues (84), il a été vice-président de la communauté urbaine Marseille-Provence-Métropole (2008-2014) et candidat aux législatives 2017 sous l'étiquette LREM.


LES BRÈVES (suite)

Aix-Marseille-Provence fait ses "Etats Généraux de l'Habitat"

Présidés par Arlette Fructus, vice-présidente de la Métropole, déléguée à l'habitat, au logement et à la politique de la ville, ces Etats Généraux se 

 

 

 

 

sont tenus avant Noël en présence de Jacques Mézard, ministre de la Cohésion des territoires. Structurés en 3 tables rondes qui ont donné la parole aux acteurs locaux et à des témoins experts, ils se sont terminés par le

 

souhait, exprimé par l'élue métropolitaine, que les réformes à venir réservent "un traitement d'exception" au territoire métropolitain. Le ministre a réservé sa réponse. 

(Contact Pascal Gallard)


 

ACTU ADHÉRENTS

Changements à l'Association régionale

Avec le départ à la retraite de Philippe Oliviero le 31 janvier, l'Association régionale se restructure autour de Pascal Gallard, nouveau directeur, Florent Léonardi devient directeur adjoint et Anne Chemier arrivée en octobre dernier, traitera les dossiers relatifs à la gestion locative et sociale et aux politiques locales de l'habitat. Aurélien Deroche continuera à assumer sa mission "DDSE" étendue à la Maîtrise d'Ouvrage. Quant à Philippe Oliviero, il gardera le contact avec le logement (très) social dans le cadre de la présidence de Soliha Provence. (Contact Pascal Gallard)

 

 

 

 

Qui fait quoi ?

La Lettre du Saint Georges est réalisée par Michel Couartou, rédacteur-en-chef, sous la responsabilité de Philippe Oliviero, directeur de l’Association régionale, avec le concours de Pascal Gallard, Florent Léonardi, Aurélien Deroche et Danièle Amet.

Illustration de tétière : Anne-Lise Boutin / costume3pieces.com

Secrétariat de rédaction et diffusion : Danièle Amet.

Directeur de la publication : Bernard Oliver, président de l’Association régionale.

Les précédents numéros de la Lettre du Saint Georges peuvent être demandés au secrétariat de l'Association régionale.

Réalisation Midiaminuit
 

LE DOSSIER

PLUSIEURS MILLIONS D'EUROS INVESTIS DANS LES QUARTIERS Hlm GRACE A L'ABATTEMENT SUR LA TFPB 

Déjà mobilisée dès 2014 pour la formalisation des contrats de ville, l'Association régionale a mis en place, courant 2015, un dispositif d'appui aux bailleurs sociaux pour la signature avec l'Etat et les collectivités locales des conventions d'abattement sur la TFPB. Les premiers bilans chiffrés sont d'ores et déjà disponibles pour certains territoires. 

 

Dans le prolongement de la "Loi Ville" du 21 février 2014 instaurant notamment un nouveau zonage, les QPV (quartier prioritaire de la politique de la ville), la loi de finances 2016 a prorogé l'abattement de 30 % sur la TFPB (taxe foncière sur la propriété bâtie) pour les bailleurs sociaux, en contrepartie du financement d'actions d'amélioration des conditions de vie des habitants de ces territoires. Cet abattement reste conditionné à la signature par le bailleur, l'Etat, la commune et l'intercommunalité, d'une convention spécifique annexée au contrat de ville. Dès 2015, l'AR Hlm PACA & Corse, avec l'expertise de l'USH, a mis en place un dispositif d'appui dédié. Deux ateliers d'échanges techniques (le 26 mai et le 15 octobre 2015) ont contribué à identifier les besoins et organiser au mieux ce dispositif. Il s'inscrit dans l'accord-cadre signé le 29 avril 2015 entre l'Etat et l'USH et prolonge les travaux conduits au niveau national. Principalement consacré aux bailleurs sociaux adhérents de l'AR Hlm PACA & Corse, il a rapidement bénéficié à l'ensemble des partenaires sur les différents territoires. Une implication opérationnelle particulière a été mise en oeuvre pour les métropoles de Nice et d'Aix-Marseille, ainsi que dans le département du Vaucluse.

 

Premier atelier d'échanges organisé par l'Association régionale le 26 mai 2015 à Aix-en-Provence (Photo Michel Couartou pour l'AR Hlm PACA & Corse)

 

Un dispositif à valoriser pour ses effets positifs incontestables

Aujourd'hui, en lien avec les instances de pilotage et de suivi des contrats de ville, un suivi des conventions d'abattement TFPB est assuré. Un outil national de capitalisation en ligne, piloté par l'USH, à renseigner par les bailleurs sociaux, vise à produire des consolidations par territoire et à valoriser les effets positifs de l'abattement TFPB. Des bilans pour l'année 2016 ont pu être validés sur certains territoires. 

Sur Marseille-Provence, le montant global d'abattement pour 2016 atteint près de 7 millions d'euros pour 43 000 logements bénéficiant de 102 programmes d'actions et mobilise 15 organismes Hlm. Sur Istres et Miramas, ce sont près de 520 000 euros investis pour 3 400 logements et 10 bailleurs mobilisés. Pour le Vaucluse, le montant de l'abattement investi est de 2,3 millions d'euros pour 16 400 logements sur 12 communes et 22 QPV. Il mobi-lise 7 organismes Hlm qui ont signé 28 conventions. D'une façon générale, les actions entreprises contribuent plus particulièrement au renforcement de la présence de personnel de proximité, au vivre ensemble, au lien social et à la réalisation de petits travaux d'amélioration de la qualité de service. Les bilans à venir pour 2017 devraient confirmer l'effet vertueux sur les territoires de toutes les actions mises en oeuvre au titre de cet abattement.


LES PROCHAINS RENDEZ-VOUS

 
 
 

6 février

Rencontre des Caisses d'Epargne/AR Hlm PACA

& Corse à Grasse

15 février

Réunion Prévention des Expulsions des BDR 

à Marseille

Remise des Prix Palmarès Régional de l'Habitat en

Préfecture des BDR

21 février

Atelier Accession à Châteauneuf-le-Rouge

22 février

Réunion départementale Alpes-Maritimes à Côte d'Azur Habitat

 

 

15 mars

CA de l'Association régionale à

Châteauneuf-le-Rouge

27 mars

Atelier Gestion Locative et Sociale au CVRH à Aix

29 mars

CA du Giget

 

 

AR Hlm PACA & Corse - Le Saint Georges

97 avenue de la Corse 13007 Marseille

Tél. : 04 91 13 73 26

Mail : bienvenue@arhlmpacacorse.com

Si vous ne voyez pas la newsletter, cliquez ici
Pour vous désinscrire, cliquez ici