A LA RECHERCHE DE LA SOLUTION PERDUE

 

Photo Robert Ayache pour l'AR Hlm PACA & Corse

 

Martine Aubry disait "quand c'est flou, c'est qu'il y a un loup !". Sincèrement, la proposition du gouvernement sur les termes de la "revoyure" avec les bailleurs sociaux est particulièrement floue. Il est question d'aggraver encore la ponction de l'Etat sur les fonds des organismes Hlm de 900 M€ actuels à au moins 1,2 Md€ en 2020 en maintenant une TVA à 10%. Mais il est aussi question de les aider de façon plus importante pour leur permettre de construire plus. Le mouvement Hlm reste une vache à lait, mais on s'aperçoit en même temps, et notamment dans la construction en général, avec une production de logements privés qui marque le pas (diminution des opérations en Vefa oblige !), que sa place dans l'économie globale reste stratégique. Les bailleurs sociaux ne demandent qu'à occuper cette place de la manière la plus forte, ils espèrent ardemment que le gouvernement saura trouver la solution qui le permettra.

 

 

 

 

Bernard Oliver, Président de l’AR Hlm PACA & Corse

 

 

 

LE RENDEZ-VOUS

VENTE DE LOGEMENTS SOCIAUX : MODE D'EMPLOI

 

En partenariat avec l'Association régionale et Action Logement, la DREAL a organisé un séminaire sur la" vente Hlm". Un état des lieux préliminaire et une présentation des enjeux a permis de mettre l'accent sur les points de vigilance à ne pas oublier. 

Le 1er mars dernier, la DREAL PACA a organisé en partenariat avec Action Logement et l'Association régionale, un séminaire consacré à la vente des logements Hlm. Si la raison principale de cette vente est assez claire, abonder les fonds propres des organismes, le processus n'est pas sans poser quelques questions. En préambule, la DREAL présente un état des lieux où on voit que la vente des logements sociaux dans la région est faible et stable depuis des années, entre 300 et 400 unités, soit 0,1% du parc. Etonnamment, 55% des ventes sont réalisées dans des communes carencées au moins une fois, alors que les communes non déficitaires ne représentent que 21% du volume des ventes. Plus "normalement", on voit que les locataires Hlm représentent près de 70% des acquéreurs (50% sont les locataires-occupants). La DREAL a également présenté les nouvelles dispositions de la loi Elan dont l'une d'elles stipule que le plan de vente de l'organisme Hlm sera intégré dans la CUS. C'était un des objectifs de la réunion, compléter la feuille de route CUS écrite en 2017 et élaborer ainsi une approche régionale de la vente Hlm.

 

 


 

 

Une vigilance accrue sur les différents enjeux

La réunion a permis également à Action Logement de présenter son nouvel "opérateur national de vente" Hlm (ONV) qui accompagnera les ménages accédants, conseillera les bailleurs sociaux et aidera les collectivités à restructurer le patrimoine social sur leur territoire. Pour les bailleurs qui y auront recours, ONV achètera des logements "en bloc" pour les revendre ensuite à l'unité. Les interrogations sont encore multiples. En effet, il faudra veiller à ne pas compromettre les efforts des communes déficitaires dans leur "rattrapage" et s'assurer que cette vente s'accompagne bien d'une reconstitution de l'offre. La DREAL souligne l'importance du lien entre mise en vente et objectifs territorialisés de production, d'éviter les ventes dans les communes carencées ou déficitaires et de bien vérifier le taux d'effort acceptable par le ménage acquéreur pour éviter les situations de surendettement. Un accompagnement du futur acquéreur semble indispensable tout comme une simulation des gros travaux à venir dans les 10 ans sur la copropriété. (Contact Pascal Gallard)

 


LES BREVES

Intervention dans les centres anciens

Les bailleurs sociaux qui oeuvrent sur le territoire de la métropole Aix-Marseille-Provence se sont réunis le 22 mars

au Saint-Georges, sous l'égide de l'Association régionale, pour l'élabo-ration de propositions à transmettre aux pouvoirs 

publics sur la question

de l'habitat dégradé dans le centre-ville de Marseille. Forts de leurs expériences en la matière, ils estiment pouvoir proposer une sorte de "boîte à outils partenariale" qui serait, entre autres, leur contribution aux Assises Citoyennes de l'Habitat

qu'a organisées la métropole Aix-Marseille-Provence. Une brochure présentant une série d'interventions en tissu ancien, menées dans plusieurs centres villes de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur, est en cours d'élaboration.

(Contact Pascal Gallard)

 

 

 

 

 

 

 

 
   

ACTU RÉGIONALE

 

Un séminaire régional sur les PLAI Adaptés

La DREAL PACA, l'AR Hlm PACA & Corse et la DRDJSCS organisent un séminaire régional sur le PLAI Adapté vendredi 5 avril au CVRH d'Aix-en-Provence. Il s'agit de présenter les nouvelles modalités de finance-ment et d'instruction. Elles ont en effet été assouplies pour encou-rager le développement de cette offre de loge-ments qui nécessite une gestion adaptée. Ce sera l'occasion de valoriser quelques expériences régionales réussies, à travers des témoignages à plusieurs voix, qu'il s'agisse de logements diffus ou de résidences sociales. (Contact Anne Chemier)

Nice Côte d'Azur : une CIL qui avance

Le 25 février, la Conférence Intercom-munale du Logement de Nice Côte d'Azur a tenu une séance plénière. Coprésidée par Dominique Estrosi-Sassone et Hervé Demai, DDCS des Alpes-Maritimes, elle a été l'occasion de valider le Plan Partenarial de Gestion de la Demande et d'information du demandeur de la Métropole niçoise. Un exercice complexe mais qui a obtenu l'aval des participants. Il ne dispense en aucun cas de poursuivre une activité de production soutenue. (Contact Pascal Gallard)

CRHH PACA : bilan 2018 et perspectives 2019

Le Comité Régional de l'Habitat et de l'Hébergement de notre région s'est réuni le 27 février en séance plénière. A l'ordre du jour, un triple état des lieux : logement d'abord, crédits de l'ANAH, et aides à la pierre pour le logement social. L'occasion pour la délé-gation de l'Association régionale d'exprimer sa surprise de résultats 2018 en très légère progression pour le logement social (+3%) alors que le contexte est particulièrement difficile. Mais surtout d'attirer l'attention de l'ensemble des partenaires sur les incertitudes qui planent pour 2019 et plus encore pour 2020 au moment où les condi-tions économiques globales de l'activité du secteur se discutent au niveau national. (Contact Pascal Gallard)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L'ENTRETIEN

JEAN-JACQUES HAFFREINGUE : "NOUS DEVONS REFLECHIR A UN PARTENARIAT PLUS FORT AVEC LES BAILLEURS"

 

Jean-Jacques Haffreingue est directeur général de SOLIHA Provence qui s'est vu confier par la ville de Marseille et l'Etat la "MOUS relogement", mission de relogement des ménages délogés pour cause de péril, à la suite des effondrements de la rue d'Aubagne. Il pense que cette mission a vocation à se poursuivre, et tend la main aux bailleurs pour un partenariat à plus longue échéance.

 

(Photo SOLIHA Provence)

 

 

 

La MOUS relogement qui vous a été confiée a été signée le 12 décembre dernier, cela fait maintenant plus de trois mois. Quel bilan en tirez-vous aujourd'hui ?

A la base, le principe est simple : SOLIHA Provence loue des logements en son nom et les propose aux ménages "délogés", majoritairement à travers un bail d'occupation temporaire pendant la durée des travaux sur leur logement d'origine. Quels logements avons-nous à notre disposition ? En premier lieu, ceux que les bailleurs sociaux nous ont proposés. A ce jour, il y en a eu 551 et nous en avons retenu 261. En totalité, nous en avons capté 410, la différence provient du parc privé.

Concrètement, vous avez relogé combien de ménages ?

Le chiffre brut à ce jour est de 178 baux signés. Mais derrière ce chiffre il faut imaginer le processus. Nous devons d'abord visiter le logement. Nous le prenons ou pas. Il n'est pas forcément libre tout de suite. Ensuite, nous devons le meubler. Et puis, nous le proposons aux ménages qui cherchent cette typologie, en proximité du logement d'origine. Le ménage accepte ou non. Si oui, nous signons enfin une convention d'occupation temporaire des lieux. Tout cela prend du temps.

Combien reste-t-il de ménages à reloger ?

Voilà la grande question. Le principe est simple, mais la réalisation est extrêmement compliquée. Si la situation était restée telle qu'elle était en décembre, nous aurions fini les relogements d'ici un mois. Mais les évacua-tions d'immeubles continuent, en moins grand nombre, mais continuent quand même. A ce jour, il reste encore 556 ménages à reloger, ce qui fait environ 1200 personnes. C'est moins que les 2100 qui ont été recensées à une époque, mais à mesure que nous relogeons, d'autres ménages sont délogés ou réintègrent leur logement d'origine après travaux.

Combien sont relogés dans le parc social ?

Aujourd'hui, à peu près la moitié sont dans le parc social. L'Association régionale, qui participe au comité de pilotage de la MOUS, et les bailleurs sociaux ont vraiment bien joué le jeu, et ont fait de gros efforts pour trouver des solutions de relogement. J'ai pu voir que les valeurs du monde Hlm sont fortes et portées par tous. Je tiens à leur rendre hommage ici. Et je pense que nous pouvons avoir d'autres projets ensemble.

C'est-à-dire ?

Des bailleurs avec lesquels nous avions déjà l'habitude de travailler ont été présents. Je pense notamment à Erilia ou Unicil, qui ont mis du personnel à notre disposition. Le travail que fait SOLIHA Provence est très complémentaire de celui des bailleurs sociaux. Ensemble, nous pouvons apporter un vrai plus, par exemple sur la question des PLAI Adaptés. Il y a là un partenariat plus fort à mettre en place et auquel nous devons réfléchir.

Et puis, le CSTB doit auditer près de 4000 immeubles à Marseille. Il est donc probable que les évacuations continuent encore quelque temps. Il faut un véritable "parc-relais" pour accueillir tous ces gens. Peut-être qu'il faudra que nous prolongions l'affectation de certains logements pour constituer ce parc-relais. C'est aussi à discuter ensemble.

 

 

Expert-comptable de formation, Jean-Jacques Haffreingue, 50 ans, est dans le mouvement SOLIHA depuis 1994

Il est directeur du Pact du Pas-de-Calais Ouest (Boulogne sur Mer, Calais, Berck-sur-Mer) de 1995 à 2003

Puis directeur général de SOLIHA Provence depuis janvier 2003 (105 salariés avec une action régulière sur les départements du 84, 04, 13)

Il est également directeur de l'Agence Immobilière Sociale régionale en PACA, et président du directoire de la coopérative de production de logements d'insertion.


LES BRÈVES (suite)

Médiation sociale à Marseille : en route pour l'Europe en 2020 !

La Ville de Marseille vient de répondre à un appel

à projet lancé au titre du Fonds Social Européen. Avec un budget de près

de 20 millions d'euros

sur trois ans, le projet 

vise l'accompagnement

à la qualification de 177 personnes par la mise en poste sur une activité de médiation sociale. Outre l'accès à des formations diplômantes (métiers de l'immobilier social notam-ment) et une mise en situation professionnelle

 

 

pour les bénéficiaires, il s'agit de prolonger le dispositif de médiation sociale mis en place depuis 2016 au profit de près de 35 000 logements Hlm ou privés en QPV.

(Contact Florent Léonardi)

 

 

 

 

 

 


 

ACTU ADHERENTS


 

 

 

Qui fait quoi ?

La Lettre du Saint Georges est réalisée par Michel Couartou, rédacteur-en-chef, sous la responsabilité de Pascal Gallard, directeur de l’Association régionale, avec le concours de Florent Léonardi, Anne Chemier, Aurélien Deroche et Danièle Amet.

Illustration de tétière : CO2 Communication

Secrétariat de rédaction et diffusion : Danièle Amet.

Directeur de la publication : Bernard Oliver, président de l’Association régionale.

Les précédents numéros de la Lettre du Saint Georges peuvent être demandés au secrétariat de l'Association régionale.

Réalisation Midiaminuit
 

LE DOSSIER

UN PARTENARIAT FORT AVEC LES TERRITOIRES 

Alors que l'échange et la relation avec les intercommunalités est depuis toujours dans l'ADN des Associations régionales, l'AR Hlm PACA & Corse a choisi de mettre en avant, à travers son "Panorama Habitat des Territoires", des actions de partenariat emblématiques entre pouvoirs publics et mouvement Hlm. Visibles sur le site de l'Association régionale, 14 "pastilles vidéos" d'entretiens croisés réunissent élus et responsables d'organismes pour valoriser 14 de ces actions.

 

Le projet du Panorama Habitat des Territoires a été développé pendant le Congrès de l'Union sociale pour l'habitat qui s'est déroulé début octobre dernier à Marseille. Depuis toujours les Associations régionales du mouvement Hlm ont une relation privilégiée avec les territoires. Pour l'AR Hlm PACA & Corse, ce Congrès devait être le moment de se prévaloir de cette relation privilégiée.

Toutes les lois promulguées ces dernières années ont transféré un grand nombre de compétences aux intercommunalités dans le champ du logement et de l'habitat. Nous avons donc demandé à tous les EPCI de la région de nous proposer des actions innovantes et emblématiques de la relation privilégiée qu'ils entretiennent avec les bailleurs sociaux. Lors du Congrès, sur l'Agora de l'Association régionale, 14 de ces actions ont été détaillées, face caméra, par un représentant de la collectivité et un représentant de l'organisme Hlm. Au coup par coup, lorsque c'était pertinent, un habitant ou une association impliquée dans la démarche ont témoigné.

 

 

 

 

Quelques exemples des programmes présentés dans le cadre du Panorama Habitat des Territoires (captures d'écran). 

Des actions de partenariat qui se caractérisent par une grande innovation

Ces entretiens ont donné lieu à 14 petits films qui mettent en valeur ce partenariat essentiel entre collectivités locales et mouvement Hlm. Ils sont visibles sur le site internet de l'Association régionale, en parallèle à sept prises de parole de directeurs généraux qui évoquent leur vision du logement social de demain... (voir les détails de ces prises de paroles dans la lettre du Saint-Georges n°66 d'octobre 2018). Les territoires présentent ainsi des expériences très diverses, mais toujours innovantes, depuis la réhabilitation d'une ancienne bastide à Manosque (Unicil) jusqu'à la construction de l' Art du Temps, une résidence au top de l'innovation technologique et sociale à Aix-la Duranne (Famille & Provence), en passant par la plateforme habitants mise en place dans la cité des Moulins à Nice, qui associe les habitants au NPNRU (Côte d'Azur Habitat), l'Hôtel des Voyageurs à Tallard, en partenariat avec la Chrysalide (Office Public de l'Habitat des Hautes-Alpes) ou le Logement Service Plus à La Valette en partenariat avec Handitoit (Var Habitat)... et 9 autres opérations tout aussi innovantes. A découvrir sur www.arhlmpacacorse.com puis cliquez sur l'article Panorama Habitat des Territoires. (Contact Anne Chemier)


LES PROCHAINS RENDEZ-VOUS

 
 
 

4 avril

CA de Losfor

5 avril

Réunion régionale PLAI adapté

 

25 avril

CA du GIGET

Réunion départementale Alpes-Maritimes

9 au 11 mai

Formation Valeurs de la République et Laïcité

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

14 mai

CA de l'Association régionale

28 mai

Atelier Ressources Humaines

 

 

 

 

 

 

 

 

AR Hlm PACA & Corse - Le Saint Georges

97 avenue de la Corse 13007 Marseille

Tél. : 04 91 13 73 26

Mail : bienvenue@arhlmpacacorse.com

Si vous ne voyez pas la newsletter, cliquez ici
Pour vous désinscrire, cliquez ici