UNITE

 

Photo Robert Ayache pour l'AR Hlm PACA & Corse

 

Au terme de la fameuse "clause de revoyure" convenue avec le mouvement Hlm, le gouvernement a finalement signé un "pacte d'investissement" triennal avec la profession. C'est-à-dire, en fait, qu'il ponctionne un peu moins les organismes Hlm que ce qu'il avait annoncé. La situation est donc un peu moins préoccupante, mais nos capacités de production vont tout de même s'en ressentir. La bonne chose, dans cette négociation, c'est que le mouvement Hlm est resté uni et solidaire. Tout comme il l'est ici, dans la réponse que nous souhaitons apporter aux pouvoirs publics sur la question de la rénovation des centres anciens. Le débat organisé le 3 avril par l'hebdomadaire TPBM, qui avait su réunir un beau panel de bailleurs, a bien mis en évidence la diversité des solutions que nous pouvons apporter et les conditions que nous estimons indispensables pour les appliquer. C'est un axe de réflexion qu'il nous faut continuer à travailler. Les bailleurs sociaux ne pourront être absents de cette problématique du parc privé ancien dégradé.

 

 

 

 

Bernard Oliver, Président de l’AR Hlm PACA & Corse

 

 

 

LE RENDEZ-VOUS

CENTRES ANCIENS : LA PROPOSITION DES BAILLEURS SOCIAUX

 

Après avoir suscité l'élaboration d'un dossier présentant des interventions d'organismes Hlm dans les centres anciens dégradés, l'Association régionale a organisé le 3 avril avec le magazine TPBM une table ronde "Face à la rédaction" sur ce sujet. Une première base de travail pour construire un partenariat opérationnel avec les territoires.

Depuis l'effondrement des immeubles de la rue d'Aubagne à Marseille le 5 novembre 2018, l'évacuation de plus de 2 000 personnes sur la ville en quelques mois et, même si on le sait moins, de plusieurs autres immeubles sur le territoire de la métropole Aix-Marseille-Provence, la question de l'intervention dans les centres anciens dégradés est posée à Marseille comme dans d'autres communes de la région. Le mouvement Hlm, en la matière, entend démontrer que les organismes de logement social sont en capacité d'apporter des réponses aux décideurs locaux. L'Association régionale a suscité, début 2019, la rédaction d'un dossier présentant de nombreux exemples aboutis de programmes de réhabilitation ou de démolition-construction en centres anciens. De Marseille à Nice, en passant par Grasse, Carpentras ou Toulon, nombreux sont les exemples d'interventions réussies qui font appel à des procédures diverses, ANRU, PNRQAD ou RHI.

Cette initiative a été accompagnée d'une réunion interne, au Saint-Georges, le 22 mars avec plus d'une dizaine de responsables d'organismes qui a permis de mettre en évidence plusieurs facteurs que les bailleurs sociaux jugent indispensables au développement de ce type d'opérations.

 

Des pistes d'action pour réussir

A côté d'un financement adéquat, clé de voûte de telles interventions qui supposent d'engager des investissements plus importants que pour la construction neuve "classique", les bailleurs pointent la nécessité d'une volonté politique forte, d'un partenariat large et diversifié de tous les acteurs et d'une vision globale et claire des aménagements urbains à mener au-delà du simple bâti. Pour élaborer la "boîte à outils partenariale" à laquelle le mouvement Hlm se propose de contribuer, l'AR Hlm PACA & Corse a organisé le 3 avril avec le magazine TPBM, une table ronde "Face à la rédaction". En présence de Bernard Oliver et Pascal Gallard, respectivement président et directeur de l'Association régionale, Frédéric Delmonte, rédacteur-en-chef et William Allaire, journaliste, ont débattu avec une quinzaine d'organismes Hlm pour dégager ce qui a été la matière d'un dossier spécial paru le 17 avril dans l'hebdomadaire.

Plusieurs pistes d'action ont été dégagées : des financements spécifiques, bien sûr, mais aussi la mise en place d'un portage foncier efficace, inscrit dans une stratégie politique d'ensemble, l'existence d'un partenariat fort avec les pouvoirs publics mais aussi avec les forces économiques et les opérateurs privés et la création de "groupements d'intervention" avec les entreprises et les fédérations professionnelles pour développer des expertises techniques. Des réflexions qui devraient servir de base aux partenariats entre les opérateurs sociaux et les territoires. (Contact Pascal Gallard)

 


LES BREVES

Aix-Marseille Provence, l'habitat au coeur de 2 rendez-vous importants

Le 26 mars, sous la présidence de Martine Vassal, les Assises Citoyennes de l'habitat ont connu leur temps fort. Il s'agissait de restituer les propositions recueillies autour de quatre défis : traiter les logements dégradés, loger dignement tous les habitants, adapter les aides et bien vivre son quartier. Pour ce qui est

du logement social, on retiendra le souhait d'une répartition équilibrée de l'offre locative sociale sur le territoire. La matinée s'est conclue par six propositions. On citera notamment l'idée d'une école de la 2ème chance autour des métiers de la rénovation, celle de logements "zéro charges"ou l'amélioration de la procé-dure de signalement de logements dégradés ainsi qu'un dispositif de finan-cement de l'innovation.

Le 2 avril, la Conférence Intercommunale du Loge-ment (CIL) tenait sa 3ème séance plénière. Coprésidée par M-E. Assidon, Préfète Déléguée pour l'Egalité des Chances et A. Fructus, Vice-Présidente de la Métropole déléguée à l'habitat, au Logement et à la Politique de la Ville, les échanges ont porté sur la place des com-munes dans les réformes engagées sur la gestion de la demande et des attributions de logements sociaux. (Contact P. Gallard)

 

 

 

 

 

 

 

 
   

ACTU RÉGIONALE

 

Un guide régional pour la mise en oeuvre des Plateformes Territo-riales d'Accompa-gnement Logement d'Abord

La DRJSCS PACA a souhaité disposer d'une cahier des charges régional qui définisse un tronc commun des Plateformes Territoriales d'Accompagnement (PFTA) et a mis en place en mars 2018 un comité de pilotage régional auquel est notamment associée l'Association régionale. Ces PFTA poursuivent trois objectifs stratégiques : favoriser l'accès direct, mais aussi le maintien dans le logement ; améliorer la coordination et l'efficacité des actions d'accompagnement et renforcer la coopération entre les acteurs du territoire. Deux territoires tests ont choisi d'expérimenter : le Pays d'Aix, territoire de la Métropole AMP et Var Estérel Méditerranée. Une articulation a aussi été prévue avec les deux territoires "AMI Logement d'abord" de la région Nice Côte d'Azur et Sophia Antipolis. Un guide méthodologique présenté au COPIL régional en mars dernier propose des documents et outils élaborés dans le cadre de l'expérimentation. Un atelier de capitalisation et d'essaimage se tiendra au 4ème trimestre 2019 au niveau régional. (Contact Anne Chemier)

Abattement sur la TFPB : séminaire annuel dans le Vaucluse

Le 26 mars dernier s'est tenu au MIN de Cavaillon, le séminaire annuel sur l'abattement de TFPB en Vaucluse. Ce temps est désormais inscrit dans l'agenda du dispositif partenarial animé par la DDT 84. Réunissant de nombreux représentants de bailleurs sociaux, de communes, d'EPCI et de Conseils Citoyens, il a permis un point d'actualité et de pédagogie auquel a contribué l'AR Hlm PACA & Corse. Un éclairage a été porté sur les actions mises en oeuvre dans les territoires au titre de la TFPB, soulignant les enjeux d'un tel dispositif et du travail à poursuivre ! (Contact Florent Léonardi)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L'ENTRETIEN

JULIEN PONTIER : "NOUS POUVONS DEVELOPPER DE NOMBREUSES PISTES DE PARTENARIAT AVEC LES ORGANISMES HLM"

 

Julien Pontier est directeur délégué aux relations insti-tutionnelles et aux missions sociales chez Procivis. D'ores et déjà sollicité sur les copro-priétés dégradées Kallisté et le Parc Corot à Marseille, le réseau Procivis est convaincu

que les synergies avec les bailleurs sociaux de la région sont nombreuses, sur les centres anciens, bien sûr, mais aussi sur les opérations "Coeur de ville". 


(Photo Procivis)

 

 

 

Le 22 mars dernier, vous avez participé à une réunion avec les bailleurs sociaux au cours de laquelle ils ont discuté de leur capacité à inter-venir sur les centres anciens. Quel pourrait être votre apport dans ce dossier ?

Procivis est la marque du réseau Sacicap, les "sociétés anonymes coopératives d'intérêt collectif pour l'accession à la propriété", créé par la loi en 1908 pour aider les "classes laborieuses et méritantes" à accéder à la propriété. En 2007, l'Etat lui a demandé de soutenir les propriétaires dans le cadre de la rénovation du parc privé. Depuis, au terme d'une convention signée avec l'Etat d'une part, nous préfinançons par des prêts à taux zéro les aides à venir et, d'autre part, nous intervenons pour financer le "reste à charge" du proprié-taire. Cette capacité à intervenir sur le parc privé fait de nous des partenaires privilégiés des bailleurs sociaux dans le cadre d'opéra-tions de rénovation des centres anciens s'ils sont confrontés à des copropriétés. 

Vous intervenez également sur les grandes copropriétés dégradées ?

Oui, nous sommes un des partenaires du plan "Initiatives copropriétés" présenté par Julien Denormandie à l'automne dernier, aux côtés d'Action Logement, de l'Anru, de l'Anah et de CDC Habitat. Nous pouvons financer, dans ce cadre, non seulement les ménages mais aussi les copropriétés. Etant un des membres de la famille Hlm habilité à intervenir dans le parc privé, avec des dispositifs efficaces et une ingénierie financière éprouvée, nous pouvons réellement venir en appui des organismes Hlm.Parmi les métiers exercés par le réseau, celui de syndic et d'administrateur de biens est particulièrement sollicité, via le réseau Immo de France, 4ème en France. Dans ce cadre  nous sommes très actifs pour développer la certification QualiSR, syndic de prévention et de redressement, preuve d'une vraie expertise sur tout ce qui touche aux copropriétés. Nous avons enfin mis en place des dispositifs d'aides aux bailleurs dans le cadre de la vente des logements Hlm.  

Vous intervenez dans la région Provence-Alpes-Côte d'Azur ?

Il y a 4 Sacicap dans la région, 2 à Marseille (Sacicap de Provence et Sacicap midi méditerranée), 1 dans le Var et 1 dans le Vaucluse. Nous avons également été sollicités par un opérateur sur Nice. Dans le cadre du plan Initiatives copropriétés, nous sommes sur deux sites à Marseille, Kallisté et le Parc Corot. Nous sommes aussi partenaires du programme "Action Coeur de ville" et nous serons donc présents dans les 15 villes concernées des deux régions. 

Votre venue à Marseille augure d'une volonté de développement ?

Je connaissais mal les organismes de la région et je crois que c'était réciproque. Cette réunion a été l'occasion de mieux se connaître. Je remercie l'Association régionale de m'y avoir convié. Nous avons identifié de nombreuses pistes de partenariat et je suis convaincu que nous pourrons les mener à bien. Il y a clairement des synergies à développer. 

 

 

Titulaire d'un DESS Vie Publique et Relations Institutionnelles et d'un DEA Institutions et Politiques Publiques, Julien Pontier a été assistant parlementaire de Michel Destot, député-maire de Grenoble entre 2001 et 2004

Il est directeur de cabinet de Patrick Bloche, député-maire du 11e arrondissement de Paris (2008-2012)

Puis de François Pupponi, député-maire de Sarcelles, président de l'Anru (2014-2015)

Et directeur délégué aux relations institutionnelles de Procivis depuis novembre 2015


LES BRÈVES (suite)

L'Association régionale rencontre les bailleurs varois

Interrompue en 2018 pour cause de Congrès Hlm à Marseille, la tradition des réunions départementales

est remise au goût du jour

en 2019. Premier territoire

concerné, le Var où les échanges se sont déroulés le 18 mars au Logis Familial Varois. Cet exercice consiste à réaliser simultanément un tour d'horizon de l'actualité locale et des actions inscrites au programme de travail de l'Association régionale


 

validées par le Conseil d'Administration. Une occasion pour l'équipe permanente d'entretenir le lien avec ses adhérents et d'ajuster son action aux réalités locales.

(Contact Pascal Gallard)

 

 

 

 

 

 


 

ACTU ADHERENTS

Erilia accueille une Directrice Générale Adjointe

Fabienne Abecassis est la nouvelle Directrice Générale Adjointe de l'ESH Erilia. Nous lui souhaitons un plein succès dans ses nouvelles fonctions !

 

 

 

 

Qui fait quoi ?

La Lettre du Saint Georges est réalisée par Michel Couartou, rédacteur-en-chef, sous la responsabilité de Pascal Gallard, directeur de l’Association régionale, avec le concours de Florent Léonardi, Anne Chemier, Aurélien Deroche et Danièle Amet.

Illustration de tétière : CO2 Communication

Secrétariat de rédaction et diffusion : Danièle Amet.

Directeur de la publication : Bernard Oliver, président de l’Association régionale.

Les précédents numéros de la Lettre du Saint Georges peuvent être demandés au secrétariat de l'Association régionale.

Réalisation Midiaminuit
 

LE DOSSIER

UN PARTENARIAT RENFORCE FACE AU RISQUE AMIANTE

A l'initiative dès 2004, d'une sensibilisation au risque amiante, l'Association régionale a copiloté le 21 mars une "réunion intersectorielle" qui accueillait pour la première fois les organisations professionnelles des artisans et des entreprises, pour une meilleure identification des aides disponibles et des modules de formation, ainsi qu'une rédaction partagée des modes opératoires de travaux en milieu amianté.

 

Une nouvelle étape vient d'être franchie dans la prévention du risque amiante. Le 21 mars dernier, une réunion intersectorielle sur le sujet a réuni pour la première fois les artisans et les entreprises du bâtiment avec l'appui de la Capeb et la FRB PACA, autour de l'Association régionale et de ses partenaires historiques, l'OPP BTP, la Carsat Sud-Est et la Direccte PACA. L'AR Hlm PACA & Corse est mobilisée sur ce risque amiante depuis plus de 15 ans. Les bailleurs sociaux sont concernés à plus d'un titre, comme donneurs d'ordre lorsqu'ils commandent des travaux, comme employeurs pour leur personnel et comme gestionnaires pour la protection de leurs locataires. En 2010, la montée en puissance de la rénovation urbaine avec la "découverte inopinée des sources insoupçonnées d'amiante", a relancé la démarche initiée par l'Association régionale. Un groupe régional Hlm "amiante" est co-animé par l'AR Hlm PACA & Corse et la Carsat Sud-Est avec la participation de l'OPP BTP et la Direccte et avec l'appui d'expertise de l'Union sociale pour l'habitat. Cette première étape a abouti à la co-rédaction d'un guide de prévention face au risque amiante et la constitution d'un réseau régional partenarial de capitalisation et d'échanges.

 

 

Intelligence collective élargie pour des modes opératoires en milieu amianté

Le nouvel enjeu se concentre sur les modes opératoires en milieu amianté. La réunion du 21 mars a associé des entreprises et des artisans dans la réflexion partenariale. Elle a permis de mieux identifier les aides financières proposées aux entreprises par la Carsat (jusqu'à 40% sur l'acquisition de matériel de protection), de s'inscrire dans les démarches nationales déjà engagées pour la rédaction des modes opératoires de travaux et de porter un éclairage sur les modules de formation à destination des maîtres d'ouvrage sociaux et des entreprises. Ce premier temps consacré aux départements 13, 84, 04 et 05 devrait être complété avant l'été par une réunion sur les départements 83 et 06. (Contact Florent Léonardi)


LES PROCHAINS RENDEZ-VOUS

 
 
 

9 au 10 mai

Formation Valeurs de la République et Laïcité

14 mai

CA de l'Association régionale

 

20 mai

Réunion bailleurs sociaux marseillais dispositif enlèvement de véhicules

28 mai

Atelier Ressources Humaines

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

7 juin

Réunion OPS GIP SNE

20 au 21 juin

Formation Valeurs de la République et Laïcité

 

 

 

 

 

 

 

 

AR Hlm PACA & Corse - Le Saint Georges

97 avenue de la Corse 13007 Marseille

Tél. : 04 91 13 73 26

Mail : bienvenue@arhlmpacacorse.com

Si vous ne voyez pas la newsletter, cliquez ici
Pour vous désinscrire, cliquez ici