Si vous ne voyez pas la newsletter, cliquez ici

N°7 - Octobre 2013

 Point d'étape du programme RHEA au milieu du gué

La Région Provence-Alpes-Côte d'Azur et l'AR Hlm PACA & Corse ont présenté il y a peu un premier bilan du programme RHEA, initié en 2011 pour faciliter la réhabilitation des ensembles Hlm et l'amélioration des performances énergétiques des logements sociaux. Le programme s'étoffe désormais d'une partie évaluation, non seulement sur le plan de la réalisation technique mais aussi sur celui de l'usage, avec un volet de sensibilisation des locataires.


  

Colette Charriau, conseillère régionale déléguée à l'habitat, et Bernard Oliver, Président de l' Association régionale, ont ouvert les travaux de la matinée (Photos Michel Assoucard pour l'AR Hlm PACA & Corse)


Un point d'étape du programme RHEA (Région, Habitat, Energie, Amélioration,) initié par le Conseil régional Provence-Alpes-Côte d'Azur, s'est tenu le 17 septembre dernier. Il s'agissait, à mi-chemin de la période fixée pour ce programme, de faire le point sur l'état d'avancement des dossiers et présenter les actions futures que la Région envisage de mener. RHEA est un programme de subventions à destination des bailleurs sociaux pour les aider dans leurs opérations de réhabilitation en privilégiant l'impact énergétique et l'étiquette DPE.
Pour l'heure, la Région a d'ores et déjà engagé 35,4 millions d'euros pour la réhabilitation de 19 500 logements (sur un objectif à 2015 de 35 000 logements). Deux tiers au moins de ces logements devront atteindre l'étiquette C+ et un tiers l'étiquette B. Pour l'instant, une plate-forme internet a été créée pour concentrer les données technico-financières des travaux de réhabilitation menés. Il s'agit de capitaliser et d'analyser l'impact de ces travaux sur la performance énergétique finale des logements.

Un programme de soutien aux locataires

Dans un premier temps, ce recensement des données, renseignées par les bailleurs sur un site internet dédié, permet de faire un état des lieux des travaux réalisés et de constituer une base de données des typologies de bâtiments concernés par ce type de réhabilitation. Il s'agit ensuite de pouvoir comparer les projections théoriques avec la performance énergétique effective et mesurer ainsi l'impact du comportement des locataires sur la performance réelle de leur logement.
Le dispositif d'évaluation de RHEA met en évidence un saut de deux étiquettes par programme sur le DPE avec un gain de 50 % sur les charges théoriques de chauffage. On atteint là l'objectif initial de la région PACA qui était non seulement de permettre aux bailleurs de maîtriser les charges locatives mais aussi aux locataires de s'approprier la problématique pour agir en direct sur leurs propres consommations. La question désormais est celle de la sensibilisation de ces locataires. La Région a donc décidé de s'engager, à mi-chemin de son programme RHEA, dans un processus de validation des comportements des usagers qui viendra compléter l'évaluation globale du programme. En effet, les premières études montrent que la perte des gains de performance énergétique du fait du comportement du locataire dans son logement peut atteindre jusqu'à 50 % des gains théoriques.
Cette partie de l'évaluation s'avère donc essentielle pour l'analyse globale de l'efficacité du dispositif. Une telle évaluation est extrêmement rare dans les dispositifs de subventions partout en France. La Région PACA mène donc en l'occurrence un travail de précurseur et d'éclaireur sur une voie qui semble désormais évidente pour tous. Dans quelques mois, les premiers résultats fiables devraient pouvoir être publiés.


 Un dispositif d'évaluation globale unique en France

Elaboré en partenariat avec la Scet, le dispositif d'évaluation des opérations du programme RHEA développe deux approches complémentaires, une compilation des indicateurs des principales données et la vérification des contrôles thermiques réalisés par les BET après travaux.

Cette évaluation met en évidence le fait que les travaux ont permis en moyenne un saut de deux étiquettes par programme soit environ 12,6 GWh/an. On s'aperçoit également que les systèmes électriques ont tendance à disparaître après travaux.

Un objectif technique qui se double d'un objectif social

Dès 2014, la Région pense pouvoir évaluer l'impact de ces réhabilitations aussi bien sur le plan environnemental que social et analyser de façon fine les ratios kWh gagné / euro investi ou diminution charges / euro investi.


Il s'agit clairement pour la Région d'optimiser les futurs programmes de travaux sur la base des coûts de travaux et de la réalité de réduction des charges sur le territoire régional. C'est en cela que l'opération est expérimentale. L'objectif technique et l'objectif social se complètent mais ce ne sont pas forcément les choix techniques les plus pertinents (en termes d'étiquette énergétique) qui seront les plus efficaces socialement.

 

 Sensibilisation des locataires par le GERES

L'OPH de la ville de Marseille, Habitat Marseille Provence, a témoigné lors de cette journée du 17 septembre d'une expérimentation mise en place avec le GERES (Groupe Energies Renouvelables, Environnement et Solidarités) sur un ensemble Hlm des années 70, la Soude, qui abrite 1 352 habitants.


Le but est « de conseiller, d'informer et d'équiper ». Au cours d'une première visite à l'intérieur du logement, qui vient après plusieurs actions de sensibilisation (mailings, affiches, informations dans le quittancement, sessions de formation des gardiens), le GERES recense les habitudes du ménage. Un bilan est dressé avec les locataires à partir des factures, des relevés de compteur et de la façon dont ils gèrent leurs consommations.

Plus de 10 euros par mois d'économies sur les charges

Lors d'une deuxième visite, les conseillers du GERES proposent des solutions concrètes, que ce soit dans les comportements ou dans les équipements (ampoules, réducteurs de débit, accessoires divers). En moyenne, les ménages ont accepté de dépenser un budget de 45 euros.

 

Sur un an, tous ceux qui ont suivi les recommandations du GERES ont pu faire 142 euros d'économie sur leurs charges dont 125 euros proviennent uniquement de la mise en place d' « éco-gestes ».

 

AR Hlm PACA & Corse
04 91 13 73 26
bienvenue @arhlm pacacorse.com
  La lettre DDSE est réalisée par l'AR Hlm PACA & Corse, dans le cadre d'une convention partenariale avec l'État, la Région Provence-Alpes-Côte d'Azur et l'Ademe.   arhlmpacacorse.com
regionpaca.fr
ademe.fr
paca.pref.gouv.fr
Copyright 2010 © AR Hlm PACA & Corse Le Saint-Georges 97, avenue de la Corse 13007 Marseille Directeur de la publication : Philippe OLIVIERO, Directeur, AR Hlm PACA & Corse
Rédacteurs : Michel COUARTOU, Aurélien DEROCHE Design : Agence bik&book
Pour vous désinscrire, cliquez ici