Si vous ne voyez pas la newsletter, cliquez ici

N°1 - septembre 2016

 Article de tête


La première rencontre de l'année du Club DDSE aura lieu le 12 février à Cannes avec le concours de l'OPH Cannes et Rive droite du Var. Consacrée au thème du solaire thermique collectif, la réunion présentera les différentes modalités d'aides et de financements, les bonnes pratiques pour bien maîtriser, de la conception à l'entretien, une installation solaire, et offrira une visite sur site. 

 

 

 


 

                            

 

 

 

 

 

 

 

Théorie et pratique au programme des débats

 

Philippe Dumez, ingénieur, pour l'ADEME, et Nicolas Oudart, du service "Energie, climat, air" de la Région Provence-Alpes-Côte d'Azur, présenteront le contexte régional et les modalités d'aides financières qui sont mises à la disposition des bailleurs sociaux de la région. Edwige Gautier, coordinatrice de projets chez Enerplan, détaillera ensuite comment être sûr de réussir son projet de solaire thermique collectif. Enerplan est une association de professionnels de l'énergie solaire, dont le siège national est basé à La Ciotat, et qui oeuvre à la structuration et au développement de l'énergie solaire en France. Audrey Guilmin, experte en développement durable de l'Union sociale pour l'habitat, présentera le guide que l'USH élabore avec Enerplan à destination des bailleurs sociaux. Enfin, après une présentation théorique de l'opération de réhabilitation menée par l'OPH Cannes et Rive droite du Var, une visite sur place complétera les travaux de la matinée. 

 

 

 

    Article 2

 

                     

             Photo OPH Cannes et Rive Droite du Var 

 

Le parc solaire thermique de l'OPH Cannes et Rive Droite du Var est composé d'une vingtaine de sites et concerne 1 300 logements. Le bailleur était précurseur en la matière puisque ce parc est installé depuis les années 80, en majeure partie sur Cannes. Le vieillissement des ballons de stockage et donc les risques de légionellose l'ont amené à arrêter l'exploitation des installations au début des années 2000.


Un taux de couverture de 87 % des besoins

En 2007, l'organisme établit un diagnostic avec l'aide d'un bureau d'études en vue d'une réhabilitation. Au départ, une simple mise à niveau des installations était envisagée. Mais le rendement aurait été moins performant qu'auparavant. Le bailleur a décidé de remplacer également les capteurs solaires. 

Les travaux ont été lancés en avril 2011 pour une livraison en juin 2013. Près de 1 700 mètres carrés de surface de capteurs ont été installés pour une production annuelle de 1 348 kWh/m2.an et un taux de couverture de 87 % des besoins en eau chaude sanitaire. 

 

Un financement par l'ADEME, la Région et le Feder

Les travaux auront coûté 2,4 millions d'euros TTC soit 679 euros par logement. Le Fonds Chaleur, qui a pour mission de développer la production de chaleur à partir des énergies renouvelables, a aidé au montage financier et tous les dossiers ont été instruits par l'ADEME qui gère ce Fonds. La Région Provence-Alpes-Côte d'Azur a également participé au financement par l'intermédiaire du programme FREE (fonds régional pour l'environnement et l'énergie) pour les installations de moins de 50 mètres carrés. L'Europe, à travers les fonds Feder, a également participé au montage financier. 

    Article 3

 

                   

Entretien avec Richard Loyen, délégué général d'Enerplan.

 

Quel est votre objectif en participant à ce Club DDSE organisé par l'Association régionale ?

Enerplan a lancé depuis 2009, en partenariat avec l'ADEME et EDF, le programme Socol, solaire collectif. L'objectif est de promouvoir l'eau chaude sanitaire solaire dans les immeubles collectifs. Il nous faut prouver qu'une installation bien conçue, bien installée et bien exploitée fonctionne très bien. Le moindre maillon faible dans la chaîne peut rendre inefficace l'ensemble. Trop de maîtres d'ouvrage ont été confrontés à des échecs. Notre enjeu est de leur redonner confiance dans une installation de solaire thermique.

Pourquoi une action particulière envers les bailleurs sociaux ?

Parce que ce sont des maîtres d'ouvrage attentifs à la maîtrise des charges locatives. Et parce qu'ils ont aussi l'habitude de travailler avec l'ADEME qui est un de leurs soutiens financiers. Qui plus est, c'est un secteur qui s'est organisé face aux défis de l'environnement, beaucoup de bailleurs sociaux ont constitué des services techniques spécifiques pour gérer les problématiques environnementales. Et enin, parce que l'AR Hlm est un interlocuteur unique et fiable qui assure une interface simple et efficace avec les bailleurs sociaux. 

Votre objectif est donc de permettre le développement de ce type d'installation ?

Nous voulons convaincre les maîtres d'ouvrage que le solaire thermique collectif est une véritable solution. Nous devons redonner confiance et ensuite motiver. Nous expliquons aux bailleurs comment être exigeants pour avoir de bons résultats. Nous avons un guide actuellement en préparation avec l'USH pour aider les bailleurs à mieux maîtriser la réalisation et le suivi de leurs installations solaires.

AR Hlm PACA & Corse
04 91 13 73 26
bienvenue @arhlm pacacorse.com
Copyright 2010 © AR Hlm PACA & Corse Le Saint-Georges 97, avenue de la Corse 13007 Marseille
Directeur de la publication : Philippe OLIVIERO, Directeur, AR Hlm PACA & Corse
Rédacteurs : Michel COUARTOU, Pascal GALLARD Design : Agence bik&book
Pour vous désinscrire, cliquez ici